top of page

Comment voyager plus écologiquement ?

Dernière mise à jour : 23 août 2021





Il est encore difficile de voyager à cause de la pandémie actuelle du coronavirus mais les beaux jours arrivent, et il sera à nouveau possible de partir à l'autre bout du monde. Je profite donc de cette fin de période confinée pour vous partager des astuces qui vous permettront de réduire votre impact environnemental lors de vos prochains voyages.


Comme la plupart d'entre nous le savent, l'impact du tourisme sur l'environnement grandit chaque année. Néanmoins, le désir d'apprendre d'autres cultures et de découvrir de nouvelles facettes de notre planète est tellement enrichissant, qu'il est difficile de renoncer aux voyages, même lorsqu'on est engagé dans l'écologie ! Heureusement, il existe des manières de voyager plus respectueuses de l'environnement et des techniques qui permettent de grandement réduire notre impact.


Dans cet article je vais vous présenter deux grandes façons de voyager plus écologiquement :

  • L'écotourisme : modèle alternatif du tourisme traditionnel qui consiste à limiter au maximum l'impact des visiteurs

  • Le tourisme responsable : vise à voyager tout en préservant la nature et respecter les populations locales grâce à des petits gestes qui font la différence.




L'écotourisme




L'écotourisme est une approche touristique qui comporte une part d’éducation et de sensibilisation à l’environnement. Il a également pour objectif d'apporter de l’emploi et des revenus aux populations locales, aux communautés d’accueils et aux organismes qui veillent à la préservation des espaces naturels.



Les principes du voyage responsable peuvent s'appliquer à n'importe quel séjour, même s'il n'est pas encadré par un organisme. Toutefois, certains sont particulièrement représentatifs :


· Les écolodges : hébergement de charme proche de la nature. Ils proposent souvent des nuitées au milieu de la faune tout en conciliant le confort et l'engagement responsable... cette alternative permet de satisfaire les voyageurs qui souhaitent découvrir des animaux dans leur espaces naturel, de vivre en cohésion avec l'environnement mais qui ne veulent pas pour autant sacrifier leur confort. Voir les écolodges en France


· Les missions d'éco-volontariat : voyage utile basé sur le bénévolat. L'éco-volontariat se caractérise souvent par une aide aux organisations locales de protection de la nature, en manque de moyens qui auraient besoin d'effectifs supplémentaires. Les éco-volontaires sont en immersion sur le terrain, échangent avec les communautés locales et aident les chercheurs, scientifiques et naturalistes. Généralement, ils participent à la préservation de la biodiversité et à la conservation des espèces. Ils peuvent également partir pour enseigner leurs compétences professionnelles, aider la construction d'espaces... (Volunteer World, Planète urgence)


· Les éco-croisières : sont des croisières de charme en petits groupes à la rencontre des habitants sur des embarcations écologiques de type voilier, catamaran ou bateaux traditionnels. Voir les éco-croisières


· Les voyages chez l'habitant : permettent aux touristes de rencontrer les populations locales en passant un séjour d'un ou plusieurs jours au contact des familles locales dans des hébergements de type chambres d'hôtes. Voir les voyages chez l'habitant


· Les safaris naturalistes : permettent d'observer la faune et la flore dans leur milieu naturel. Les safaris se font en petits groupes et en compagnie de guides naturalistes expérimentés. Le choix d'un bon guide est particulièrement important pour ce genre de voyage dans la nature. Voir les écosafaris








Le tourisme responsable


Un voyageur éco-responsable est un voyageur qui tente d’adopter une attitude écologique et responsable lorsqu’il ou elle voyage. Il souhaite minimiser son impact sur l’environnement et avoir un impact positif sur les populations locales.


Il n’y a pas une seule et bonne façon de faire mais de nombreux petits gestes qui peuvent faire la différence.



Les petits gestes qui font la différence



Planter des arbres pour compenser votre empreinte carbone



Cette alternative n'est pas une solution durable mais un geste supplémentaire pour la planète. Lorsque vous partez pour un petit déplacement ou un grand voyage, vous pouvez calculer combien de CO2 vous avez émis dans l'atmosphère afin de faire un don à une entreprise qui plantera autant d'arbres pour compenser.


Vous pouvez également faire le calcul par mois et verser mensuellement un don pour reforester efficacement. Il est même possible de choisir dans quel lieu/pays vous aimeriez que vos arbres soient plantés.




Voyagez moins souvent mais plus longtemps



Réduire nos allers-retours aux quatre coins de la planète permet de grandement diminuer notre pollution atmosphérique liés aux transports. C'est pourquoi, il est judicieux de partir moins souvent mais de rester plus longtemps sur place. Cette alternative vous permet de pouvoir profiter pleinement de votre voyage et de vraiment couper avec la vie active, tout en minimisant votre impact environnemental.


Pour faciliter cette démarche et voyager en conscience, posez-vous ces questions avant de vous lancer dans une réservation :

  1. Me souviendrai-je de ce voyage ?

  2. Me rend-t-il vraiment heureux ou utile ?

  3. Vais-je tout faire pour en tirer le maximum de bénéfices ?

  4. Me permet-il de rester intègre et fidèle à mes valeurs ?

  5. Ai-je tout prévu pour minimiser mon impact lors de ce voyage?



Choisissez le type de transport le moins polluant



Pour limiter son empreinte carbone durant le voyage, le mieux est de choisir le type de transport le moins polluant pour arriver à destination.


  • Voyagez en train plutôt qu’en avion

Pour les voyages de courte distance, songez à voyager en train plutôt qu’en avion. Les avions émettent 1500 fois plus de carbone que les trains et 125 fois plus que les voitures, et les gares sont souvent idéalement situées en centre-ville.


  • Louez une voiture hybride ou électrique

Si vous devez louer une voiture, recherchez une solution durable, comme une voiture hybride ou électrique. Ce geste simple permet de limiter le rejet de CO2 dans l'atmosphère lors de vos déplacements.


  • Choisissez un vol direct

Si vous devez vraiment opter pour l'avion, préférez les vols sans escale afin de limiter l’impact de vos déplacements car il brûle plus de kérosène au décollage et à l’atterrissage et les détours consomment davantage. Vous pouvez également adopter les autres éco-gestes afin de limiter votre impact.



Evitez les zones touristiques



Le tourisme de masse impacte énormément la nature. Il génère de la pollution, des déchets plastiques, du bruit, de la surpopulation sur certains lieux en pleine nature.. la vie sauvage se trouve profondément perturbée par cette invasion constante. C'est pourquoi il est préférable de faire des voyages en petits groupes, d'éviter les lieux très fréquentés par les touristes et d'intégrer la nature avec respect. L'expérience devient d'autant plus inoubliable lorsqu'on est en immersion, au plus proche de la vie locale, de la vie sauvage et que l'on découvre le pays de manière authentique.



Consommez local et durable



Lors de vos voyages, privilégiez d'acheter et manger local plutôt que dans les chaînes multinationales. Cette démarche permet de rendre le tourisme bénéfique pour les populations et d'établir un échange équitable : vous découvrez leur pays et ils vendent mieux leur marchandises. Je sais qu'il est parfois difficile d'acheter ce qu'on n'a pas l'habitude de consommer, on a tendance à se diriger vers ce que l'on connaît mais c'est un réel moyen de s'imprégner de la vie du pays et de vivre une expérience unique.




Choisissez des hébergements labellisés



Les labels du tourisme durable permettent de trouver un hébergement respectueux de l’environnement comme l'écolabel européen ou le Green globe. Les labels peuvent garantir l'engagement de votre hôtel, camping ou aire de loisirs, mais aussi des tour-operators ou des restaurateurs. Il existe de plus en plus de sites qui cherchent à minimiser leur impact sur la planète, il est donc important de les soutenir dans leur démarche afin de soutenir l'essor de cet engagement.





Emportez des affaires moins polluantes et réutilisables



Lorsqu'on part à l'étranger on emmène bien souvent beaucoup d'affaires, des petits formats jetables car c'est plus pratique. Malheureusement, les pays que nous visitons n'ont pas toujours un fonctionnement du tri et du recyclage aussi développé que le nôtre. Nos affaires se retrouvent alors en décharges ou perdues dans la nature et peuvent avoir un grand impact sur l'environnement local. Si vous multipliez votre impact par le nombre de personnes qui voyagent dans le pays par an, la pollution devient non maîtrisable.

Il est donc recommandé d'acheter des petits formats rechargeables et réutilisables, d'éviter les produits jetables, éviter les composants chimiques nocifs qui pourrait polluer l'eau du pays, les crèmes et dentifrices avec perturbateurs endocriniens...




Privilégiez les transports en commun



S'il existe des transports en commun sécurisés sur votre lieu de destination, il est fortement recommandé de les utiliser plutôt que de louer une voiture sur place. Cette démarche permet de réduire votre empreinte carbone lors de votre voyage. Si vous avez prévu un road trip à travers le pays, sachez qu'il y a généralement des navettes ou des trains qui relient différentes villes et permettent de vous déplacer sur de longues distances tout en minimisant votre impact.




Voyagez léger



Partir avec une valise plus légère peut faire une grande différence sur votre empreinte carbone lors des déplacements. Partir avec 6 kilos en moins dans ses bagages peut contribuer à réduire de 32 kilos les émissions de CO2 d’un vol long-courrier, ce qui équivaut quasiment à planter 2 arbres.




Partez moins loin



Eviter de partir à l'autre bout du monde à chaque voyage permet de réduire notre pollution personnelle. Si vous devez vraiment le faire, il est intéressant de constituer des déplacements cohérents. Par exemple, si vous devez faire plusieurs voyages à la suite, essayez de les enchainer de manière à optimiser vos allers-retours.




Optimisez vos déplacements pendant l'année pour compenser vos voyages



Certes, l'idéal serait d'optimiser notre empreinte pendant l'année et lors de nos voyages. Mais il arrive parfois que nous n'ayons pas l'argent ou le temps de planifier nos excursions correctement, qu'on se rende compte bien plus tard de l'impact qu'on a eu...


Vous pouvez alors optimiser vos déplacements pendant l'année pour compenser vos voyages (déplacements en transport plutôt que seul en voiture, vélo, trottinette...) optimisez les transports des produits que vous achetez pendant l'année (colis en provenance de l'étranger, produits polluant...), mangez moins de viande ou arrêtez d'en manger, réduisez vos déchets plastiques...



Partez en coliving



Un autre moyen de réduire son empreinte carbone lors de voyages est d'opter pour un coliving. Il s'agit d'une colocation XXL souvent constituée d'une dizaine de personnes dans laquelle il faut rester minimum 1 mois en général.


Le fait que les pièces telles que la cuisine, le salon, la terrasse, etc. soient partagées à plusieurs, réduit de beaucoup la consommation des meubles et électroménagers. La construction de ce genre d’habitation demande aussi moins de matériaux que plusieurs habitations abritant 2 ou 3 personnes seulement. De plus, il est courant que les colocataires partagent une ou plusieurs voitures. Le coliving permet d'avoir une empreinte écologique moins importante, tout en ayant à cœur la communauté, la bienveillance et le partage.




Pour plus de conseils et d'astuces sur les modes de vie éthiques (alimentation végétale, zéro déchet, développement personnel...), suivez CAYENN sur les réseaux sociaux :





77 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page